Week-end Slowlife 2 :

Comme l’année dernière nous sommes retournés aux « berges de la Monnerie ».

Ce lieu est parfait pour les Pachas : accueil très chaleureux, cadre sécurisé, espace adapté et beaucoup de petits plus mis à disposition : babyfoot, jeux de société, salle écran géant, garage à vélos (qui n’ont pas beaucoup servi on vous l’accorde). Des chambres spacieuses et très fonctionnelles. Petite pensée pour ceux qui comme moi se sont battus avec les draps, mais ça faisait une bonne mise en bras !

Dès leur arrivée, les enfants se sont appropriés les lieux, l’espace extérieur et ses jeux, le babyfoot et la table de ping pong en ont ravi plus d’un. Cette année le temps n’était pas de la partie, mais ça ne nous a pas empêché de profiter au maximum de ce temps ensemble.
10 familles ont tenté (ou rééditer) l’expérience. 2 familles sont venues passer une partie du samedi ou du dimanche à nos côtés.

Encore une fois, ce fut l’occasion de rencontre, de partages. Ce n’est pas toujours facile d’aller vers l’autre quand on ne se connait pas, mais au fur et à mesure les discussions se font, les liens se créent doucement. La confiance s’installe et elle est douce à observer.

Un samedi balade pour certains, et jeux au bord du plan d’eau pour d’autres. Au retour, jeux extérieurs, apéro, repas, mélangeant tantôt le plaisir des enfants, tantôt des moments plus difficiles. Et après un mélange incontestable d’émotions en tout genre, des petites victoires qui représentent beaucoup.
Une « bonne » nuit de sommeil, et voilà l’équipe des Pachas prête à s’amuser malgré le temps tristoune et très humide. Même pas peur, une floppée de familles partent en direction de la piscine, bien décidées à passer du bon temps. Et ce fut choses faites : un joyeux bazar dans les bassins et les vestiaires mais quel plaisir de ce temps partagé de bonheur entre enfants et parents ! Pour d’autres ce fût course à pied ou détente, à chacun son rythme ou son envie.

Encore quelques heures à partager ensemble, à se lover dans les fauteuils Laloo, à jouer, à chanter, et à danser déguisé au rythme de la musique. ( on a même retrouvé Gérard Blanc !).
Mais toutes les bonnes choses ont une fin, alors pinhata et goûter, et il est temps de se séparer.

A nos côtés pour ce week-end, 4 chouettes animatrices qui ont rendus possible certaines activités, qui ont partagé du temps avec enfants et adultes, qui nous ont accompagné avec douceur et gentillesse. Un beau paquet d’ingrédients pour un week-end réussi. Le sourire de chacun au moment du départ conclu parfaitement cette courte pause d’un moment à la mode Pachas.

Ma revanche est prise : à quand un autre week-end ? Promis la prochaine fois, on n’oublie pas le chocolat et les enceintes !

 

cLe petit mot de la fin pour nos représentants Lillois !

« Un grand merci pour ces 2 jours de sourires partagés en toute simplicité dans la bonne humeur. Quel plaisir de tous vous voir /revoir /rencontrer… Et quel plaisir de voir tous les enfants ensemble sans différences sans préjugés… Je repars pas moins fatiguée mais j’ai rempli mon réservoir de petits bonheur pour au moins la semaine! Plein de bisous à tous »

Stéphanie, Dom et les enfants

ps: comme toujours, pour accéder au diaporama, cliquez sur la première photo de la galerie

 

 

C’est sous un soleil de plomb que nous avons investi le parc Lépine et son traditionnel carnaval de quartier, squatté par deux grands chapiteaux de cirque.

Une quarantaine de personnes ont répondu présents sur ce rdv pachas: des belles rencontres surtout avec la venue de cinq nouvelles familles, des franches rigolades, une déambulation festive au rythme des percussions bien appréciée des enfants, des discussions sérieuses ( un peu) des déguisements sympas, un atelier maquillage improvisé ( entre enfants aussi) , un espace pachas sécurisé et privilégié (au côté des loges des artistes! ) qui a permis aux grands comme aux petits des bons instants de partages, des constructions originales telles une cabane en mikado géant, une pause « bulles » au côté des fées , un goûter partagé, des jeux de balles, du toboggan ……

Et toujours des sourires en veux tu en voilà ! La journée s’est conclue par une séance de cirque moderne sous chapiteau : le retour est unanime: On n’a pas tout compris mais content d’avoir tenté : la jubilation et l’expression des enfants pachas a vraiment mis l’animation qu’il manquait à la représentation !

Une belle expérience que cette inclusion sur ce carnaval de quartier ….. Un accueil sur mesure soutenu et accompagné +++ par le centre social des Cochereaux et le service culturel de la vdm ( plus particulièrement Line)

Entre l’emplacement de premier choix de notre coin pachas, l’atelier maquillage vip et les places réservées pour le spectacle: c’était géant ! Un grand merci.

Merci beaucoup à Anna et Annie pour leur soutien fidèle tout l’après midi .

Au plaisir de vous retrouver à la journée MMArena du 23/05!

———————————————————-

Témoignage d’Ingrid, maman de Mathis et de Lucas

Aujourd’hui, c’est notre immanquable rendez-vous Pachas. Destination : le carnaval de l Épine pour une belle après midi ensoleillée, parce que oui, avec les Pachas, nous commandons toujours le soleil. Nous rejoignons les pachas au moment du goûter.

Les enfants jouent, les éclats de rire fusent de part et d autre. Certains sont déguisés et maquillés. Nous rencontrons de nouvelles familles, nous faisons connaissance, parlons de notre quotidien. Le cirque sous chapiteau a été une découverte pour petits et grands. Cette belle après-midi touche à sa fin. Nous repartons des étoiles pleins les yeux.

Encore un très bon moment passé avec les Pachas et en attendant déjà le prochain avec impatience…

Carnaval Pachas l’épine

Compte rendu du Pachas Mensu Trampoline Park assuré par Christine, maman d’une tribu de 4 enfants dont une petite fille en situation de handicap:

« Dimanche 25 mars, le réveil sonne … quelle idée ! La nuit a été un peu plus courte que d’habitude car nous avons changé d’heure.

Mais voilà, nous avons un rdv immanquable … c’est un dimanche Pachas !

10 heures et quelques minutes et nous arrivons au Trampoline Park. Edith et Géraldine sont là, comme d’habitude, toujours prêtes avec leurs sourires accueillants. Rapides bonjours, pas le temps de trainer, l’échauffement va bientôt commencer, nous discuterons plus tard.

Et voilà que notre tribu Pachas à pieds jaunes, commencent à se tortiller. Cous, poignets, chevilles, ils tournicotent ça dans tous les sens sans oublier les déhanchés avant de s’élancer sur les trampos.

Chacun découvre les lieux à son rythme. Rapidement les joues rosissent …

Je discute avec un papa éclopé comme moi … beaucoup plus éclopé que moi en fait (!), pour nous c’est le banc de touche !
Pendant ce temps ça saute, ça grimpe, ça roule … Un petit tour jusqu’au bac à mousse … quelques jolis saltos, des plongeons audacieux, et même des sauts en se bouchant le nez ! Mais voilà, s’en extirper est une autre aventure !

Les joues rougissent …

Les enfants sont insatiables. La structure gonflable a beaucoup de succès. Certains s’essayent aux cordes et anneaux mais atteignent leurs limites. Alors c’est reparti dans le bac à mousse!

Les parents s’essoufflent et ralentissent le rythme, ça y est on va enfin pouvoir discuter ! Entre 2 bonds on fait un brin de causette et on fait connaissance avec une nouvelle famille qui a rejoint la tribu ce dimanche. Le signal de fin retenti, regroupement de la tribu autour de boissons bien méritées.

Il est temps de quitter les petites chaussettes jaunes et de rentrer. Sieste pour tout le monde !

Encore une belle aventure Pachas ! »

 

 

Une matinée givrée et sportive pour ce Pachas du dimanche matin. Cette action patinoire demeure une tradition en chaque début d’année et elle continue à attirer, défier et satisfaire de nombreuses familles ! C’est un véritable engouement: 18 familles en tout dont 10 en situation de handicap soit plus de 70 participants : c’est une véritable invasion de bonne humeur à City glace !
 
Quel plaisir de voir la glace se colorer de fauteuils roulants ou de poussettes adaptées (ou pas), d’enfants ou ados en situation de handicap volontaires et motivés sur les patins; aux côtés de leurs pairs bien portants parfois aussi maladroits ou suffisamment à l’aise pour entraîner leurs copains et frères et sœurs dans leurs aventures de glisse!
 
Des parents heureux d’être là, sereins, confiants, souriants: tous prêts à relever le défi! Des moments de partage (tout plein), d’échange (de mots, d’enfants ou de matériels), de patinage, de convivialité autour de boissons chaudes, des belles rencontres!
 
Bref un très joli patchwork façon Pachas!
 
Un personnel de City-glace toujours aussi souriant et accueillant. Notre venue ici semble être devenu un rituel pour eux également: la qualité de leur accueil et leurs bons conseils contribuent à la plénitude qui règne durant cette matinée. Cette fois ci, une association de jeunes étudiants ingénieurs « N’autisme » nous a accompagné: pas forcément des experts sur les patins mais leurs sourires, leur disponibilité et bienveillance fut un point fort sur ce rendez-vous.
 
Coup de chapeau à la photographe intérimaire qui a rempli à merveille sa mission: Merci Bélinda !
 
A l’année prochaine c’est sûr!
 
La parole à Jean Pierre, Papa de Lou.
 
« Le pacha patineur migre chaque année vers la patinoire de la route de Laval pour une concentration unique, rituelle et parfois majestueuse, mais pas toujours. Auparavant il doit chausser ses patins et traverser un sol plastifié pour atteindre la glace. Il adopte pendant cette traversée l’agilité et l’élégance d’un cachalot échoué sur un galet. Il rejoint alors ses congénères sur la glace et nous propose un autre monde. En glissant puissamment, en tenant la main de ses proches, en s’accrochant à la rambarde, en poussant une otarie porteuse d’enfant, rien ne détourne le pacha de son but, un pacha ne laisse jamais tomber. S’il y a chute, ce ne sera qu’une virgule dans la Bible de sa vie. En prenant de la hauteur, cette anneau humain tournant sur la glace ressemble forcément à ce que nous pouvons appeler une harmonie, et tend à prouver que les hommes savent encore faire du beau.
 
L’équipe des N’autism est très présente et facilite cette matinée avec le sourire. Au fur et à mesure des tours les sourires apparaissent puis se confirment, les enfants s’éclatent, donc leur parents aussi.
 
Une petite halte à la cantine permet de confirmer qu’aujourd’hui il n’y aura pas de penser, prévoir, calculer, convaincre, négocier, demander, réfléchir, décider, planifier et bien d’autres, et que nos falaises quotidiennes attendront lundi pour qu’on les détruise.
 
Je reprends la glace derrière la poussette où Lou a pris place. Quelques coups d’œil me permettent de voir chez certains pachas patineurs une assurance retrouvée. Je m’ose à aller plus vite, Lou apprécie et rigole. La sono diffuse une chanson que Lou adore, je me penche à son oreille et commence à lui chanter. Après quelques moments, elle se retourne en souriant et me regarde si magnifiquement que je suis le roi du monde. En fait je suis réellement le roi du monde, mais je ne suis pas le seul. D’autres mamans et papas pachas sont aussi les reines et rois du monde, parce que les enfants l’ont voulu ainsi. En glissant sur la glace, les lames des patins des pachas tracent les lignes d’une extraordinaire lettre d’amour à leurs enfants.
 
Ce soir cette glace ne fondra pas.
 
Merci à Cécile. »
 
Jean Pierre.