Une matinée givrée et sportive pour ce Pachas du dimanche matin. Cette action patinoire demeure une tradition en chaque début d’année et elle continue à attirer, défier et satisfaire de nombreuses familles ! C’est un véritable engouement: 18 familles en tout dont 10 en situation de handicap soit plus de 70 participants : c’est une véritable invasion de bonne humeur à City glace !
 
Quel plaisir de voir la glace se colorer de fauteuils roulants ou de poussettes adaptées (ou pas), d’enfants ou ados en situation de handicap volontaires et motivés sur les patins; aux côtés de leurs pairs bien portants parfois aussi maladroits ou suffisamment à l’aise pour entraîner leurs copains et frères et sœurs dans leurs aventures de glisse!
 
Des parents heureux d’être là, sereins, confiants, souriants: tous prêts à relever le défi! Des moments de partage (tout plein), d’échange (de mots, d’enfants ou de matériels), de patinage, de convivialité autour de boissons chaudes, des belles rencontres!
 
Bref un très joli patchwork façon Pachas!
 
Un personnel de City-glace toujours aussi souriant et accueillant. Notre venue ici semble être devenu un rituel pour eux également: la qualité de leur accueil et leurs bons conseils contribuent à la plénitude qui règne durant cette matinée. Cette fois ci, une association de jeunes étudiants ingénieurs « N’autisme » nous a accompagné: pas forcément des experts sur les patins mais leurs sourires, leur disponibilité et bienveillance fut un point fort sur ce rendez-vous.
 
Coup de chapeau à la photographe intérimaire qui a rempli à merveille sa mission: Merci Bélinda !
 
A l’année prochaine c’est sûr!
 
La parole à Jean Pierre, Papa de Lou.
 
« Le pacha patineur migre chaque année vers la patinoire de la route de Laval pour une concentration unique, rituelle et parfois majestueuse, mais pas toujours. Auparavant il doit chausser ses patins et traverser un sol plastifié pour atteindre la glace. Il adopte pendant cette traversée l’agilité et l’élégance d’un cachalot échoué sur un galet. Il rejoint alors ses congénères sur la glace et nous propose un autre monde. En glissant puissamment, en tenant la main de ses proches, en s’accrochant à la rambarde, en poussant une otarie porteuse d’enfant, rien ne détourne le pacha de son but, un pacha ne laisse jamais tomber. S’il y a chute, ce ne sera qu’une virgule dans la Bible de sa vie. En prenant de la hauteur, cette anneau humain tournant sur la glace ressemble forcément à ce que nous pouvons appeler une harmonie, et tend à prouver que les hommes savent encore faire du beau.
 
L’équipe des N’autism est très présente et facilite cette matinée avec le sourire. Au fur et à mesure des tours les sourires apparaissent puis se confirment, les enfants s’éclatent, donc leur parents aussi.
 
Une petite halte à la cantine permet de confirmer qu’aujourd’hui il n’y aura pas de penser, prévoir, calculer, convaincre, négocier, demander, réfléchir, décider, planifier et bien d’autres, et que nos falaises quotidiennes attendront lundi pour qu’on les détruise.
 
Je reprends la glace derrière la poussette où Lou a pris place. Quelques coups d’œil me permettent de voir chez certains pachas patineurs une assurance retrouvée. Je m’ose à aller plus vite, Lou apprécie et rigole. La sono diffuse une chanson que Lou adore, je me penche à son oreille et commence à lui chanter. Après quelques moments, elle se retourne en souriant et me regarde si magnifiquement que je suis le roi du monde. En fait je suis réellement le roi du monde, mais je ne suis pas le seul. D’autres mamans et papas pachas sont aussi les reines et rois du monde, parce que les enfants l’ont voulu ainsi. En glissant sur la glace, les lames des patins des pachas tracent les lignes d’une extraordinaire lettre d’amour à leurs enfants.
 
Ce soir cette glace ne fondra pas.
 
Merci à Cécile. »
 
Jean Pierre.

 

En janvier nous retournons à la patinoire Cityglace.

Pour aider les petits (et les grands), des outils sont à disposition sur place, des plots, des otaries sur lesquels s’appuyer. Les fauteuils et certaines poussettes peuvent venir sur la glace, il n’y a plus qu’à pousser (ça aide de s’accrocher!)

Nous aurons accès à la cafétéria où nous vous offrons une boisson chaude, et un espace jeu pour les petits et grands qui ont besoin d’une pause…

La patinoire est ouverte au public sur le créneau que nous vous proposons, mais à l’ouverture la fréquentation reste tranquille. Nous faisons appel à des bénévoles pour nous accompagner en plus afin d’aider tout le monde à profiter un maximum de ce temps là.

Cette année encore, nous aurons la possibilité de rester sur place le midi pour ne pas partir en vitesse, pour faire manger tranquillement les enfants affamés…

 

Rendez-vous le dimanche 28 janvier 2018 à partir de 10h00
dans le hall de patinoire cityglace.

 

Merci de nous confirmer votre participation par mail lespachas.asso@gmail ou par téléphone : 06.14.45.61.26 avant le mardi 23 janvier 2018. Attention : prévoir des vêtements très chauds, des gants, pourquoi pas votre propre casque de vélo (vous serez sûrs qu’il sera adapté à la tête de votre enfant).

PAf : 6,50€/ personnes, 5€ personne en fauteuil ou poussette

De retour dans cette salle du Centre Social des Cochereaux, les Pachas ont retrouvé leurs marques avec facilité. Une salle dédiée aux enfants avec une grande première ludique: un mikado géant (1m30 Le Mikado !!) que les enfants ont apprécié ! D’ailleurs il est à noter qu’ils ont tous respecté la consigne sécurité de ne pas s’en servir comme javelot 

L’atelier pizza a été d’une efficacité redoutable. De petites mains aidées de grandes mains ont confectionnées avec plaisir des pizzas à la garniture variées et même originale parfois. On était bien dans cette cuisine taillée pour l’aventure culinaire en groupe: spacieuse, lumineuse, très bien équipée !

S’en est suivi le banquet précédé de quelques bulles, comme un prélude aux fêtes à venir. Plaisir de se retrouver, de discuter, de prendre du temps pour nous, pour eux.

Et qui dit fêtes de fin d’année dit contes. Et qui dit contes, dit Dany ! Une conteuse captivante qui a su nous embarquer dans ses histoires aux ambiances multiples. Merci à elle d’être venu partager ses univers.

Un grand « Merci » enfin aux Cochereaux d’avoir mis à notre disposition leurs locaux parfaitement adaptés au format de ce Pachas Mensu !

Disons adieu aux Pachas 2017 — Et à nous 2018 !

 

Une fois n’est pas coutume, alors ce sera un bilan pachas mitigé que je voudrais vous présenter.

Nous avions fait la pari de mettre le pachas mensu en même temps que le dispositif cinéma différence car nous pensons que cela peut être une belle expérience pour beaucoup, et une facilité pour oser aller en cinéma en famille. Nous nous étions dit que cela permettrait de découvrir comment cela se passe, de rencontrer les nombreux bénévoles qui accompagnent ce projet, et peut-être de donner envie à certains de retenter l’expérience lors des propositions mensuelles.

De ce point de vue là le pari est gagné.

Nous avons vu plusieurs nouvelles familles venir à cette proposition et c’était un réel plaisir pour nous, un joli mélange aussi de familles habituées et de familles plus exceptionnelles, un deuxième bon point qui nous a réjoui. Mais là où nous sommes mitigées avec Géraldine et peut-être certains d’entre vous parents, c’est qu’au Pachas, nous aimons l’ambiance conviviale, facilitant la parole. Avoir le temps de papoter avec les uns et les autres, de voir les enfants jouer et nous avons pas eu cette possibilité là au vu du monde présent au traditionnel goûter. Nous nous en excusons et nous continuerons d’y être vigilante à l’avenir.

En tout cas, comme toujours, c’était un plaisir de voir vos visages, votre confiance dans l’association, de découvrir de nouveaux bénévoles impliqués.

A tout bientôt pour un Pachas mensu à taille plus Pachas.

Ciné-Pachas Mensu: un conte peut en cacher un autre